Somalie: explosion et coups de feu près du bureau du maire de Mogadiscio


afp.com - STRINGER

Une énorme explosion a frappé dimanche le périmètre des locaux du maire de Mogadiscio, suivie de coups de feu, au terme d’une semaine marquée par plusieurs attaques meurtrières des insurgés islamistes en Somalie.

L’attaque, revendiquée par le groupe islamiste radical des shebab, a secoué la capitale somalienne en endommageant des immeubles dans le quartier.

« Des terroristes ont fait sauter un véhicule chargé d’explosifs sur un mur du centre commercial de Mogadiscio qui se trouve à côté du siège de l’administration de Banadir », la région de la capitale, a expliqué l’officier de police Abdullahi Mohamed.

Des témoins ont indiqué que des coups de feu retentissaient encore du côté du bureau du maire.

« Il y a une fusillade en cours dans les environs du bâtiment principal, mais nous ne savons pas ce qui se passe à l’intérieur », a déclaré un témoin qui tient un commerce près des bureaux.

« Il y a quelques blessés mais toute la zone est bouclée et les forces de sécurité nous ont demandé de nous éloigner », a ajouté cette personne qui n’a pas donné son identité.

Un autre témoin, Omar Nur, a dit qu’il était dans le centre commercial quand une explosion s’est produite, et qu’il a « pu heureusement prendre la fuite sain et sauf ».

Les shebab, groupe affilié à Al-Qaïda, ont revendiqué l’attaque via leurs canaux de communication, affirmant que ses combattants « se sont frayés un chemin à l’intérieur du bâtiment visé après avoir tué les gardes de sécurité ».

Les shebab mènent une insurrection depuis 15 ans contre le fragile gouvernement central soutenu par la communauté internationale, avec des attaques meurtrières en Somalie et dans les pays voisins.

Ces derniers mois, l’armée et les milices claniques locales ont repris des pans entiers de territoire dans le centre du pays, dans le cadre d’une opération soutenue par des frappes aériennes américaines et une force de l’Union africaine.

Mais les insurgés ont souvent riposté par des attaques sanglantes, soulignant leur capacité à frapper au cœur des villes et des installations militaires somaliennes malgré l’offensive.

– Semaine sanglante –

Plusieurs se sont produites cette semaine.

Vendredi, sept soldats ont été tués dans une attaque contre un camp militaire par les islamistes, à Galcad, ville du centre du pays récemment reprise par les forces progouvernementales. Le Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique (Africom) a précisé samedi dans un communiqué que cette attaque avait été menée par une centaine de shebab, et avait coûté la vie à « une trentaine » d’entre eux.

Mardi, les islamistes radicaux avaient déjà lancé une autre attaque contre un camp militaire, à Hawadley, à environ 60 km au nord de Mogadiscio, faisant onze morts parmi les soldats.

La veille, l’armée somalienne avait annoncé avoir repris, sans aucun combat, Harardhere, ville portuaire située à environ 500 km au nord de Mogadiscio et contrôlée depuis 2010 par les shebab. Le gouvernement avait assuré que la reprise de cette ville « stratégique » constituait une « victoire historique ».

L’attaque la plus meurtrière des shebab depuis le lancement de l’offensive l’année dernière est survenue en octobre, avec 121 morts dans l’explosion de deux voitures piégées au ministère de l’Education à Mogadiscio.

Le groupe a également été actif récemment de l’autre côté de la frontière, dans l’est du Kenya, pays qui contribue à la force de l’UA en Somalie, en menant plusieurs attaques meurtrières à petite échelle.

LRC AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s