L’Otan poursuit ses discussions sur l’aide militaire à l’Ukraine

Le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov, déploie un mouchoir figurant un avion de combat pendant une réunion de l'Otan, le 14 février 2023 à Bruxelles afp.com - Kenzo TRIBOUILLARD

Les membres de l’Otan poursuivent mercredi à Bruxelles leurs discussions pour accélérer leurs livraisons d’armements et de munitions à l’Ukraine, laquelle insiste pour recevoir aussi des avions de combat afin de mieux résister à l’invasion russe.

« La priorité, l’urgence, est de fournir aux Ukrainiens les armements qui leur ont été promis pour maintenir leur capacité de se défendre », a insisté mardi Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Alliance, avant le début de cette réunion de deux jours du « groupe de Ramstein ».

Toutes les décisions sur les envois d’armements à l’Ukraine sont prises au sein de cette instance constituée et présidée par les Etats-Unis, à laquelle participent une cinquantaine de pays, et qui tient habituellement ses réunions sur la base américaine de Ramstein en Allemagne.

Entamée mardi, la réunion à Bruxelles se poursuit mercredi. « Le programme de demain est tout aussi chargé. Nous consacrerons plus de temps aux chars », a commenté mardi soir sur Facebook le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov.

« Nous allons fournir aux Ukrainiens les moyens de tenir et d’avancer pendant la contre-offensive de printemps », a assuré pour sa part le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin. Il a insisté sur l’artillerie, la défense antiaérienne et les blindés, mais n’a pas cité les avions de combat dans les livraisons d’armements prévues.

– Discussion sur les avions –

« Les avions de combat ne sont pas la question la plus urgente mais une discussion est en cours », a assuré de son côté Jens Stoltenberg.

A Bruxelles, M. Reznikov a insisté à sa manière sur cette demande d’avions de combat pour Kiev en défroissant devant les caméras un foulard porté en pochette sur laquelle était dessiné un de ces appareils.

« Il est dans son rôle mais les Ukrainiens savent très bien qu’il faudra au moins une année pour les obtenir », a confié un des participants.

« Tout le monde comprend que la question de la défense antiaérienne et la question du réapprovisionnement en munitions sont beaucoup plus importantes en ce moment que la discussion sur les avions de combat », a soutenu le ministre allemand de la Défense Boris Pistorius.

Plusieurs annonces ont été faites mardi, notamment celle de la fourniture d’un système de défense antiaérienne Mamba (SAM-T), l’équivalent du Patriot, par la France et l’Italie. Une arme qui vaut 500 millions d’euros.

La France va également produire des obus de 155 mm avec l’Australie, et les blindés AMX-10 promis à l’Ukraine seront livrés dans les prochains jours. Le Pentagone a annoncé, quant à lui, un contrat de 552 millions de dollars avec deux entreprises d’armement pour produire des obus de 155 mm pour Kiev. Les premières livraisons sont attendues en mars.

L’Allemagne a fait état de la relance d’une ligne de production de munitions pour les chars de défense antiaérienne Gepard. Selon le quotidien Süddeutsche Zeitung, le premier contrat porte sur 300.000 munitions livrables à Kiev à partir de juillet.

– « Guerre d’usure » –

« Il s’agit d’une guerre d’usure et d’une bataille logistique », a insisté M. Stoltenberg. Le président russe « Vladimir Poutine ne se prépare pas à la paix. Il se prépare à une nouvelle offensive, à de nouvelles attaques ».

Le chef de l’Otan avait averti lundi que l’Ukraine utilisait plus de munitions que l’Alliance ne pouvait en produire. « Cela épuise nos stocks et met nos industries de défense sous pression », avait-il dit.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a insisté mardi dans la soirée sur la nécessité de livraisons rapides d’armes à son pays, la pression militaire russe étant de plus en plus forte dans l’est.

« L’Ukraine et ses partenaires font tout ensemble pour que l’Etat terroriste perde. Et pour que cela se produise le plus vite possible », a-t-il déclaré, évoquant des accords pour « plus de systèmes de défense aérienne, plus de chars, plus d’artillerie et d’obus ».

Ces demandes ukrainiennes se font plus insistantes à un moment où les troupes russes avancent peu à peu dans l’est et notamment au nord de Bakhmout, l’épicentre des affrontements depuis plusieurs mois.

Des combats acharnés se poursuivent autour de cette ville forteresse, a à cet égard constaté mardi une équipe de l’AFP.

« Bakhmout ne sera pas prise demain, parce qu’il y a une forte résistance, un pilonnage, le hachoir à viande est en action », a reconnu le patron de l’organisation paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine, dont les hommes sont en première ligne dans cette bataille.

M. Zelensky a évoqué mardi une situation « extrêmement difficile » dans les régions de Lougansk et de Donetsk, où les soldats luttent « pour chaque mètre de terre ukrainienne ».

LRC AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s