Au G20, Moscou et Pékin fustigent « le chantage et les menaces » des pays occidentaux

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken (en haut, au centre) passe près du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov (au premier plan), le 2 mars 2023 lors d'une réunion du G20 à New Delhi afp.com - OLIVIER DOULIERY

La Russie et la Chine ont accusé jeudi au G20 les pays occidentaux d’avoir recours au « chantage » et aux « menaces » pour imposer leurs vues, au moment où le G20 se retrouve en Inde divisé par la guerre en Ukraine.

L’Inde, qui préside cette année le Groupe des Vingt, entretient une amitié de longue date avec la Russie et n’a pas condamné l’invasion de l’Ukraine.

New Delhi est par ailleurs un important client de Moscou dans le domaine militaire et a accru depuis un an ses importations de pétrole russe, à rebours des pays occidentaux.

Signe des divisions au sein du G20, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a prévenu qu’il ne prévoyait pas de rencontrer son homologue russe Sergueï Lavrov à une réunion des ministres des Affaires étrangères.

En marge de cette réunion, Sergueï Lavrov s’est entretenu avec son homologue chinois Qin Gang, dont le pays entretient des liens étroits avec Moscou.

MM. Qin et Lavrov ont « unanimement rejeté les tentatives d’ingérence dans les affaires internes d’autres pays, d’imposer des approches unilatérales par le chantage et les menaces », selon un communiqué de la diplomatie russe.

Devant ses homologues du G20, le chef de la diplomatie russe a fustigé le « comportement obscène d’une série de délégations occidentales, qui ont transformé le travail sur l’agenda du G20 en une farce », d’après l’agence publique russe TASS.

– « Des conséquences » –

L’Inde souhaite que sa présidence du G20 cette année se concentre sur des questions telles que la réduction de la pauvreté et le réchauffement climatique. Mais la guerre en Ukraine a jusqu’à présent éclipsé les autres points de l’ordre du jour.

« Nous devons tous reconnaître que le multilatéralisme est en crise aujourd’hui », a asséné Narendra Modi dans une déclaration pré-enregistrée, à l’ouverture de la réunion des ministres des Affaires étrangères du G20.

« L’expérience de ces dernières années – crise financière, changement climatique, pandémie, terrorisme et guerre – montre clairement que la gouvernance mondiale a échoué », a-t-il souligné, appelant le G20 à s’entendre pour surmonter leurs différences.

Jeudi dans la capitale indienne, la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna a appelé le G20 à montrer un « sens des +responsabilités communes+ et non pas une fragmentation, une opposition systématique ».

Mercredi, le chef de la diplomatie de l’Union européenne Josep Borrell s’est dit convaincu que l’Inde profitera de cette réunion du G20 pour « faire comprendre à la Russie que cette guerre doit prendre fin ».

En marge des discussions, M. Borrell devait s’entretenir avec le ministre chinois des Affaires étrangères, Qin Gang, au moment où les Etats-Unis accusent la Chine de vouloir fournir des armes à Moscou — ce que Pékin dément.

Il est « de la plus haute importance que chacun s’abstienne d’aider la Russie avec des armes », a affirmé jeudi devant la presse le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Wopke Hoekstra.

« Cela aura des conséquences pour les pays qui franchissent cette ligne », a-t-il averti.

– Céréales et guerre de mots –

Jeudi en Inde, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken s’est retrouvé pour la première fois depuis juillet dans la même pièce que son homologue russe Sergueï Lavrov.

Leur dernière rencontre en tête-à-tête remonte elle à janvier 2022, quelques semaines avant l’invasion russe de l’Ukraine.

Le secrétaire d’Etat américain a demandé que la Russie renouvelle l’accord sur les exportations de céréales ukrainiennes, qui expire ce mois-ci.

Cet accord scellé en juillet 2022 entre l’ONU, l’Ukraine, la Russie et la Turquie a permis de limiter la grave crise alimentaire mondiale provoquée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

La réunion des ministres des Affaires étrangères du G20 intervient après celle des ministres des Finances, qui n’ont pu s’entendre samedi sur un communiqué commun en raison de divergences concernant le conflit en Ukraine.

La Chine et la Russie sont les seuls pays du G20 à ne pas avoir validé les paragraphes du document faisant référence à « la guerre en Ukraine ».

La Russie n’est « pas prête » non plus à accepter le contenu sur l’Ukraine du communiqué commun de la réunion diplomatique du G20, a affirmé jeudi le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares.

LRC AVEC AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s